New report: transparency of land investments in Cameroon // Nouveau rapport : la transparence des investissements fonciers au cameroun

Dear Legal Empowerment Network colleagues / Chers collègues,

Une description en français est ci-dessous.

We are pleased to share new research by CCSI and the Centre pour l’Environnement et le Développement (CED) on transparency of land-based investment in Cameroon.

In the report, CCSI and CED find that:

  • Communities continue to be excluded from decision-making around investments.
  • The government pursues a top-down approach to concession allocation and remains reluctant to recognize all legitimate tenure rights.
  • The government faces threats to its legitimacy as the grievances of citizens and investors alike lead to the barring of roads by communities and investor withdrawals.
  • Investors are aware of the challenges of current legislation and are also in favor of inclusive land reform.

CCSI and CED therefore call for:

  • A new law concerning the governance of land and land-based investment in Cameroon, to be developed in close consultation and collaboration with communities, Indigenous groups, and other actors. The law should respond to the transparency needs of affected communities, enable increased funding for technical support to communities, and facilitate the recognition of all legitimate customary land rights, with specific attention to Indigenous communities and women and girls.
  • A national moratorium on any new approvals for large-scale agribusiness and other land-based investment projects until Cameroon’s legal and policy landscape has been reformed.

Read the Report (20 pages), Briefing (6 pages), and Community briefing (1 page)


Chers collègues,

Je suis ravi de vous envoyer de nouvelles recherches du Columbia Center on Sustainable Investment (CCSI) et le Centre pour l’Environnement et le Développement (CED) sur la transparence des investissements fonciers au Cameroun.

Dans le rapport, CCSI et CED constatent que :

  • Des communautés continuent d’être exclus des prises de décisions concernant l’investissement ;
  • Le gouvernement agit selon une approche descendante dans l’attribution des concessions et montre une réticence à reconnaître tous les droits d’occupation légitimes ;
  • Les griefs des citoyens en général et des communautés riveraines de l’investissement en particulier continuent de croître en remettant en cause la légitimité des investisseurs et du gouvernement ; et
  • Les investisseurs sont conscients des défis de la législation actuelle et sont également en faveur d’une réforme foncière inclusive.

CCSI et CED recommandent donc que :

  • Une nouvelle loi concernant la gouvernance des terres et des investissements fonciers développée de manière inclusive, avec la participation significative entre autres des communautés et groupes indigènes. Ladite loi doit répondre aux besoins en transparence de la communauté visée, augmenter le financement pour le soutien technique aux communautés et faciliter la reconnaissance de tous les droits fonciers légitimes, y compris les droits fonciers coutumiers, avec l’attention spécifique aux communautés indigènes, aux femmes et aux filles.
  • Un moratoire national pour surseoir l’attribution de nouvelles concessions de terres pour l’agrobusiness et d’autres projets d’investissement foncier à grande échelle, jusqu’à la révision du cadre juridique et politique de gouvernance foncière au Cameroun.

Lisez le rapport (21 pages), le n ote d’information (6 pages), le n ote d’information communautaire (1 page)

Yours sincerely / Cordialement,

Sam (CCSI), Samuel et Stella (CED)

1 Like